Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 17:00

La FOLIE : C’est quand tu achètes un téléphone de 850.000F alors que le propriétaire poursuit ta mère pour un loyer de 12.000F au village.
La FOI : c'est quand tu utilises les derniers sous que tu possèdes pour acheter un porte-monnaie (Sinon qu'est-ce que tu espères mettre dedans?)
La STUPIDITE : c'est d'avoir six grosses voitures alors que tu vis dans un appartement loué.
La RICHESSE : c'est quand tu achètes un billet d'avion aller-retour de première classe pour le Royaume-Uni juste pour aller récupérer une montre-bracelet oubliée.
Le GASPILLAGE : c'est acheter une grande maison en pleine métropole et c'est seulement le gardien et la femme de chambre qui y habitent.
Les ENNUIS : c'est gifler un soldat devant tous ses collègues de la garde (Wallaye ils vont trop t'amocher, tu ne seras même pas en bon état pour pouvoir raconter l'histoire à quelqu'un).
L’IRONIE c'est quand le président d'une association de conducteurs de taxi-moto conduit une Range Rover (Qui est fou? Il ne peut pas venir et mourir na!? ).
La SOTTISE : C'est prendre un taxi 3000f pour aller regarder un film de 1000f (hayiii tu peux pas attendre tranquillement chez toi que la copie piratée sorte??)
L’AMOUR c'est acheter chawarma, glace et autre à ta go tandis que toi même tu prends de l'eau en la regardant manger (Tu l'aimes na? Tkt la faim ne va pas négocier avec toi. Krkrkrkr)
La SALETE C'est quand des Cancrelats, des Rats, des Fourmis, les Araignées deviennent tes colocataires et tu dis: "Dieu les a créés pour un but" (Hummm mon cher t'es sûr que c'est pas l'argent pour acheter les pièges et insecticide là que tu n'as pas??)

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:17
LA SONACOS, UN PATRIMOINE A SAUVEGARDER

I) - LA NATIONALISATION UNE VOIE DE SAUVETAGE D’UN PATRIMOINE HISTORIQUE

Selon le journal « Libération » la SUNEOR (doit céder les unités de Lindiane (Kaolack) et Ziguinchor à la société française, Sosi Protéol. Cela constitue un casus belli entre le Consortium Advens et non seulement les travailleurs de la Sonacos, les plus de 4.000.000 de paysans Sénégalais, mais surtout les intérêts stratégiques de la République du Sénégal. (Journal Libération).

Comment a-t-on pu en arriver là pour brader un patrimoine commun aux Sénégalais ? Ceux qui ont avalisé la privatisation de la SONACOS ont posé un acte qui demeure un crime économique qui ne cadre pas avec les intérêts stratégiques du Sénégal. L’Etat sénégalais est interpellé à plus d’un titre sur ce processus de cession qui constitue un enterrement de première classe d’une filière qui touche et intéresse des millions de Sénégalais.

Etymologiquement, nationaliser, vient du latin natio : naissance, extraction, dérivant de natus = né. La nationalisation pourrait donc être définie comme l'opération de transfert à la collectivité nationale des moyens de productions privés : entreprises, terres, etc.

La nationalisation d'une entreprise consiste pour un Etat à entrer dans le capital de celle-ci à plus de 50% afin d'en prendre le contrôle direct. Elle peut s'opérer soit par une indemnisation des propriétaires privés (ex : nationalisations du gouvernement Maurois en 1982), soit par une confiscation sans contreparties financières (ex : lors d'une révolution, pendant ou après une guerre, comme dédommagement après un préjudice, etc.) (Sources dictionnaire)

Si nous convoquons l’histoire, c’est en septembre 1975, que la société Lesieur Afrique est nationalisée pour devenir la SONACOS (Société Nationale de Commercialisation des Oléagineux du Sénégal).

LE SYSTEME DE LA SONACOS

Déjà Abdou Latif coulibaly dans un article expliquait les contours du système de la SONACOS mis en place par les différents régimes socialistes.

Dans la conception des socialistes qui ont perdu le pouvoir en 2000, l’arachide a toujours été considérée depuis 1960 comme un produit phare de production de richesses, de redistribution et de promotion du développement du monde rural. L’arachide n’a jamais été conçue comme un produit économique ordinaire soumis aux strictes et vulgaires lois du marché. C’est la raison pour laquelle tout un système soumis à une dynamique économique d’ensemble intégrée a toujours été bâti autour de ce produit. C’est l’ensemble de ce système qui a été cassé sans que rien ne vienne le remplacer, dans la perspective de faire de la filière, le fer de lance du développement du monde rural.

Quand la filière agro-industrielle fonctionnait normalement pendant les années 90, avec deux entités distinctes mais intégrées : la SONACOS et la SONAGRAINES, les paysans Sénégalais n’ont jamais vécu les affres des bons impayés. Après la réforme engagée en 1989, le secteur a été en effet organisé autour d’une unité industrielle de profit : la SONACOS et d’une unité d’encadrement et de développement : la SONAGRAINES. Le système mis en place a été très efficace. Il a fonctionné jusqu’en 2000 et a valu de très grandes satisfactions. L’unité industrielle de profit, la SONACOS contractait chaque année auprès du système bancaire national un crédit de campagne reposant sur un mécanisme de financement mettant à contribution à la fois la Banque centrale, les banques commerciales et la société de profit elle-même. La banque centrale (pour (80%) et les banques commerciales (pour (10%), prenaient en charge 90% du crédit de campagne, alors que la SONACOS devait fournir sur fonds propres 10% de ce crédit. Le système était très efficace, car il permettait une commercialisation primaire assurée de l’arachide. Il mettait ainsi le paysan à l’abri des déconvenues qui sont aujourd’hui son lot quotidien (VERITE SUR LES ACTIVITES DE LA SUNEOR AU SENEGAL Entre les engagements et la réalité (MARDI 23 AOUT 2015) www.xalima .sn)

C’est l’ensemble de ce système qui a été cassé sans que rien ne vienne le remplacer, dans la perspective de faire de la filière, le fer de lance du développement du monde rural.

UNE PRIVATISATION NEFASTE POUR LES PAYSANS.

Le régime dit libéral a, en effet, hérité d’une filière empêtrée dans des problèmes institutionnels et agro-écologiques nécessitant une stratégie de relance très ferme et à long terme. Néanmoins, le gouvernement a très tôt affiché sa volonté de mettre un terme à la « dictature » de l’arachide dans les politiques agricoles. C’est ainsi qu’entre 2000 et 2005, la politique vis-à-vis de la filière a été surtout marquée par un désengagement progressif, à travers :

- le démantèlement de la SONAGRAINES et l’introduction du système «carreau-usine» pour la commercialisation des graines d’arachides ;

- la privatisation trop rapide et problématique de la SONACOS, ayant débouché sur un nouveau quasi-monopole des privés.

La situation de la filière est marquée, depuis 2003, par la privatisation totale de la SONACOS, précédée par la dissolution, en novembre 2011, de la Société Nationale des Graines du Sénégal (SONAGRAINES). Or, celle-ci constituait le noyau de l’ancien système de commercialisation « officiel ».

En mars 2005, un consortium français Advens, contrôlé par DAGRIS, Desmet, KRANAPOP et SPI a acquis la société et s’est engagé à mettre en place un système pour la reconstitution du capital semencier et la bonne organisation de la campagne agricole. Aujourd’hui, la SUNEOR serait défaillante ou peu intéressée à injecter des ressources financières nécessaires à la relance de la filière, sans l’accompagnement fort de l’État, à travers les subventions au prix et le financement des semences et engrais. Les réformes mises en place avec la libéralisation ont fortement contribué à la déstructuration de la filière et la privatisation de la SONACOS n’a pas véritablement contribué à changer la situation. Celle-ci a plutôt soulevé un débat houleux entre les partisans et les opposants à la vente de la SONACOS.

Les arguments développés contre la privatisation concernent d’abord le prix de 5,3 milliards de francs CFA jugé insuffisants (rapport Cour des Comptes 2009) ; La Gazette 2011. En plus, le rapport 2009 de la Cour de Comptes (2009 : 73) signale «(…) qu’à aucun moment l’État n’a fixé un prix de vente minimum pouvant correspondre à une valeur de base de la SONACOS», ce qui aurait réduit son pouvoir de négociation vis-à-vis du repreneur. Le manque de transparence dans la privatisation – les travailleurs ayant peu d’informations durant le processus – et l’opacité des négociations avec le repreneur ont été mis en évidence par les acteurs de la filière ou les analystes et évoqué d’une façon subtile dans le rapport de la Cour des Comptes de 2009. Les ex-travailleurs de la SONACOS n’ont été invités à discuter du plan social et des départs volontaires qu’après la signature de l’accord avec le Gouvernement.

De plus, selon le Cahier des charges de l’opération, le repreneur devrait continuer les activités d’intérêt public, notamment l’appui aux producteurs par la fourniture d’intrants, le financement et l’achat d’une bonne partie des graines collectées. Or, depuis 2005, la collecte de l’arachide par la SUNEOR a été en deçà des attentes, si on la compare aux chiffres de production enregistrés les années ayant précédé la privatisation. Les retards dans les paiements, dans la préparation de la campagne de commercialisation et la rareté des points de collecte ont constitué le talon d’Achille de la commercialisation. La collecte et la distribution des graines d’arachide se sont également détériorées depuis la dissolution de la SONAGRAINES. Les expériences de commercialisation comme le système carreau-usine, qui s’appuie sur des collecteurs et transporteurs agréés par la SONACOS (SUNEOR, depuis 2005), semble être un échec, avec une commercialisation faible et des problèmes chroniques de paiement, des retards ou même l’apparition de «bons impayés». Les subventions au prix de l’arachide (différence entre le prix payé par la SUNEOR et celui fixé par le CNIA, comme prix indicatif) dépendent du bon fonctionnement du système carreau-usine et de la fiabilité des intermédiaires privés « agréés ». Mais le suivi de ces intermédiaires a été très faible et a contribué à la déstructuration progressive de la filière. Cette situation a entraîné l’apparition de commerçants privés non agréés mais qui payent au comptant et des prix du «marché libre» généralement bien au-dessous de ceux du CNIA. Les politiques agricoles 2000-2012 : (entre volontarisme et incohérence Carlos Oya *et Cheikh Oumar Ba **)

Cette privatisation va déboucher sur une impasse catastrophique qui nécessite, selon le journal Libération, pour Advens de rétrocéder au Groupe Avril (ex Sodiproteol) qui ont signé, depuis 13 février dernier, un protocole d’accord en vue de la cession de l’activité de trituration de SUNEOR sur les sites de Kaolack et Ziguinchor, le montant de la transaction serait de 12 milliards de F CFA.

L’Etat sénégalais doit intervenir pour non seulement sauver la première entreprise agroalimentaire du pays, mais aussi créer un géant économique international.

II)-LA NATIONALISATION UNE VOIE DE CREATION D’UN GEANT ECONOMIQUE

La nationalisation suppose pour l’Etat du Sénégal de remettre la SUNEOR dans son escarcelle en vue de la création d’un géant de l’agroalimentaire au niveau national et international par la réforme de la filière, réussir le pari de la transformation, par la diversification des produits et par la rétrocession aux paysans actionnaires.

  1. Nationaliser et reformer la filière

La nationalisation est la première opération de salut public qui s’offre à l’Etat du Sénégal pour prendre le contrôle stratégique de cette entreprise.

  1. La création du groupe SONACOS

Après la nationalisation il faut revenir au schéma traditionnel par un changement de nom de SUNEOR et par le développement d’un groupe de sociétés.

a)-d’une société industrielle de profit : la SONACOS

La SONACOS va maintenir l’activité de trituration de l’arachide, qui représentait traditionnellement 50 % de 4 des 5 sites de production et l’installation de nouvelles unités industrielles.

b)-d’une société d’encadrement et de développement : la SONAGRAINES

La dissolution de la SONAGRAINES (filiale de la SONACOS chargée de l’approvisionnement en semences, de la collecte des récoltes et du transport vers les usines de trituration) a été une des raisons de l’échec de SUNEOR dans l’exploitation de la filière arachide.

c)-la création de plusieurs filiales

  • Une société de confiserie (pâte d’arachide, fabrique de chocolat, de margarine, beurre d’arachide, farine d’arachide, arachides grillés pour apéritif, arachides décortiquées).
  • D’une société spécialisée dans l’agro-élevage surtout dans la production d’aliments de bétail (tourteaux, engrais verts).
  • D’une société de produits chimiques qui regrouperait les activités (savonnerie, eau de javel, vinaigre).

Le groupe SONACOS regrouperait ainsi 5 entités intégrées avec des équipes de management calquées sur le modèle des sociétés privées.

3)-Une protection du secteur de l’arachide et des huiles

Le gouvernement doit protéger la SUNEOR par rapport à l’importation des huiles (l’huile de palme) en taxant lourdement les importations, mais aussi en permettant à la Suneor de pouvoir d’abord écouler sa production au niveau du marché intérieur et extérieur. Tous les pays du monde qui sont souverains font des subventions et du protectionnisme qui sont des politiques de souveraineté.

4)-la diplomatie économique

Le chef de l’Etat doit aller négocier avec la Chine, principal acheteur, notamment les sociétés d'Etat chinoises (qui constituaient la clientèle traditionnelle de SUNEOR). Cela permettra aux paysans de pouvoir écouler toute leur production sans rien attendre des spéculateurs.

3)-La diversification des produits

La SUNEOR en son état actuel produit l’huile Niani, l’huile Ninaal, l’eau de javel Baol plus. Elle peut ajouter par rapport au domaine alimentaire d’autres produits finis notamment : La pâte d’arachide, La fabrique de chocolat, la fabrication de margarine), le beurre d'arachide, La farine d’arachide, les arachides décortiquées, arachides grillées pour apéritif (mélangées à d'autres ingrédients: arachides pour confiserie. Pour le domaine de l’alimentation animale : La SUNEOR peut produire le Tourteau d'arachide, fanes utilisées comme fourrage pour le bétail ou l’élevage (équivalent au foin de luzerne). Elle peut aussi produire du savon. L’arachide peut être utilisée comme Engrais vert au niveau de l’agriculture.

5)-Spécialiser les sites de production pour les rendre plus performants

Esquisses de solutions :

Pour mieux relancer la SUNEOR :

a)- tous les 5 sites peuvent continuer la trituration des graines d’arachides

b)- spécialiser les sites de production en créant de nouvelles unités industrielles spéciales par exemple :

  • la création d’un pôle alimentaire confiserie (pâte d’arachide, fabrique de chocolat, de margarine, beurre d’arachide, farine d’arachide, arachides grillés pour apéritif, arachides décortiquées).
  • la création d’un pôle pour aliments de bétail (tourteaux, engrais vert)
  • la création d’un pôle chimique qui regrouperait les activités (savonnerie, eau de javel, vinaigre).

4°)-La rétrocession aux paysans producteurs (actionnaires)

Une autre mesure qui serait salutaire est de rendre la SUNEOR aux paysans Sénégalais qui seraient les actionnaires individuellement ou par le biais de leurs coopératives. L’Etat pourrait leur céder l’action entre 2500 et 5000. Frs et chaque paysan peut acheter entre 10 jusqu’à 100 actions).

Dans les campagnes, si au minima 1 000 000 de paysans souscrivent à 5 000 F CFA l’action, l’opération pourrait dégager une somme de 5 000 000 000 F CFA soit près du prix de cession du Consortium Advens. Ce qui est non négligeable.

Une nouvelle configuration de l’actionnariat de la SUNEOR pourrait se résumer ainsi : l’Etat 15%, les travailleurs 15% et déjà les travailleurs de la SUNEOR sont actionnaires et détiennent 9,14% des actions de l’entreprise, par le truchement de la Société de participation et d’investissement (Spi) et les paysans 70%.

L’Etat du Sénégal ne doit pas laisser perdurer la situation, elle doit utiliser sa minorité de blocage de 15% pour mettre un veto à cette transaction qui constituerait un désastre économique pour le monde rural. Que nos dirigeants se battent pour les intérêts du Sénégal qui est un pays indépendant. Abbas Jabber est un Sénégalais et comme il ne peut plus gérer au lieu de balkaniser et de vendre les sites, l’Etat doit reprendre pour préserver ce patrimoine historique et national dès lors que le patrimoine foncier de Dakar est estimé à environ 100 milliards et les 240 logements de la cité ouvrière de Diourbel à 500 millions».

Jean Charles Mamadou chambaz

charles.chambaz@yahoo.fr

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:29
PERSONNE NE VOUS TRAINERA DEVANT LA JUSTICE

« La vieillesse, c’est l’hiver pour les ignorants et le temps des moissons pour le sage »

Maintenant c'est officiel, le vieux a perdu la raison. Il ne reste que des insultes à celui qui était le grand homme de l'alternance. Cela nous donne un aperçu sur la médiocrité de nos politiques. Wade n'est pas un patriote.

S’il est vrai que la calomnie est le recours désespéré de ceux qui ont tout perdu, la conduite idoine à tenir face à cette forfaiture est d’opposer à ces calomniateurs un mépris souverain.

Ces déclarations injurieuses sur la famille de Macky SALL montrent le manque de noblesse et la bassesse de Wade. Le peuple sénégalais a vraiment bien fait de se débarrasser de cet individu sans retenue ni classe qui vient de faire honte à tous ceux qui avaient un minimum de sympathie pour lui.

Quelle triste fin ! C’est une véritable malédiction ! Ou l’homme Wade ne dispose assurément pas de toutes ses facultés mentales ou, il se trompe lourdement d’époque. Oui ! Au 21ème siècle, un ancien président dont on dit qu'il le plus diplômé du Cap au Caire s'exprime comme le plus fruste des cochers avec un langage ordurier qui n’a rien à envier à celui de la dernière des crapules. Un ancien président qui prétend passer toute sa vie à lutter pour l'Afrique se révèle sous les dehors d'un esclavagiste, ça fait froid dans le dos quand même.

Le propos ici n’est pas d’être pro ou anti Macky, car en s’attaquant de cette façon à Macky, Wade injurie tous les Sénégalais « castés » y compris ceux du PDS et ceux chez qui il restait un peu de sympathie pour le vieil homme.

Par ces propos ignobles, Wade s’est mis à dos une grande frange de la population du Sénégal et a remis au goût du jour l’idée saugrenue selon laquelle les hommes ne seraient pas nés libres et égaux. Wade corrobore la thèse selon laquelle un être humain peut être la propriété d’un autre être humain et que les stigmatisations d’individus sur de simples allégations qu’ils seraient des « deums » seraient fondées. Wade est vraiment devenu aveugle ! Il montre, par ces propos, qu’il a très peu de respect pour les Sénégalais qu’il est prêt à injurier pour les beaux yeux de son fils. Un tel personnage ne mérite, pour la postérité, aucun hommage de la nation. Wade est le symbole même d’un quelqu’un qui a raté sa vie. Rater une sortie honorable de la scène, c’est rater sa vie.

Face à cette petitesse de Wade, il faut tout simplement l’ignorer. Il joue au martyr, l'ignorer est la pire des prisons. C'est cela qu’il ne peut pas admettre. Faites le black-out sur lui, il ne faut surtout pas répondre à la provocation de ce vieux grabataire. A cette heure-ci, il devait occuper les premières places des mosquées, égrener son chapelet et prier pour le Sénégal au lieu d'insulter les gens et vouloir déstabiliser le pays à cause de son fils.

Ces actes qu’il pose frisent l’irresponsabilité. Et puis, n’est-ce pas lui qui a fait de Macky son premier ministre et directeur de campagne ? S’il a confié à son « esclave » autant de responsabilités, qu’il laisse au peuple la liberté de lui confier, à son tour, le devenir de la Nation.

La question qu’il faut se poser est : où sont ces gens que l’on dit proche de Wade ? A limite Wade est irresponsable de ses actes. C’est vous, ses proches qu'il faut condamner. Il est certain, que vous ne laisseriez pas vos pères âgés de 90 ans, séniles raconter des inepties à la télé.

En définitive, devant cette folie furieuse d’un homme que Dieu a humilié aux yeux du monde, ces propos injurieux abaissent Wade et élève Macky.

Personne ne vous trainera devant la Justice ! Le Noble et Intelligent Peuple sénégalais vous laisse faire face à vos responsabilités, s’il vous en reste !

Nous aimons notre Sénégal et notre paix précieuse.

Papis Sambou

Journaliste – Consultant

oukout@hotmail.fr

Chargé de Communication ONDH

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 17:27

Braconier.jpg

 

 

Après 12 ans de pillages économiques, 12 ans diète pour le peuple, 12 ans de montée vertigineuse des produits de première nécessité, 12 ans d'arrogance du pouvoir en place, 12 ans pour enrichir une petite minorité, 12 ans de souffrance, 12 ans d’impunité, Wade et ses ouailles osent revenir nous regarder dans le blanc des yeux pour nous raconter des bobards et s’ériger en donneurs de leçons !  Appelez-nous cons et on va gagner du temps ! 

 

 

Les Sénégalais ne sont pas amnésiques! Et cela fait mal, vraiment mal d’entendre ces gens PDS qui ont tout dilapidé sur leur passage comme des criquets pèlerins dire que la vie est trop chère du fait de Macky et son gouvernement ! Que nenni ! 

 

Mieux, depuis quelques temps, ils ne cessent de seriner  que Wade a tout fait pour le pays! S’il est certes vrai qu'il a réalisé des choses visibles notamment à Dakar, il faut aussi reconnaître que le peuple lui a tout donné en l'élisant Président de la République ! Et ce qui est valable pour lui l'est aussi pour Macky Sall ! 

Le parti au pouvoir, ses alliés et l’opposition doivent arrêter de polémiquer et de s’insulter inutilement ! A quoi bon tout ce tintamarre puisque 2017 n'est pas loin, il suffit juste de s’armer de patience et Macky sait que s’il comment l’erreur de ne pas satisfaire la demande sociale, il connaitra le même sort que son prédécesseur.

 

A la lumière des actes posés par Macky Sall depuis son accession à la magistrature suprême, nous remarquons, sans partie pris, qu’il est en train de consolider l'Etat de droit qui constitue le socle du développement durable. Voilà qui justifie amplement cette traque des biens supposés mal acquis contre ces délinquants à cols blancs, véritables sangsues pour notre économie. 

 

 

Si Wade s'agite autant, c'est d'abord pour la libération de son fils et qu'ensuite au PDS, personne n’a son charisme pour assurer la relève. Sincèrement, ces gens du PDS doivent laissez Wade se reposer, le plus grand cadeau qu’ils peuvent lui faire c'est de combattre à sa place, il a assez fait pour ces gros gaillards qui refusent de grandir et donc de s’assumer. 

 

 

Et Wade, dans son rôle mise sur le  populisme et l’émotion tant il est vrai qu’il est facile de ferrer l'africain et surtout le Sénégalais ! Que dire de ces écervelés qui le suivent comme des moutons de panurge ? 

 

En tous les cas Wade n’est pas dans une position pour donner un ultimatum à Macky Sall. Et après tout le mal que ces gens du PDS ont fait à ce peuple brave et fier, ils feraient mieux d’adopter un profil bas. Le peuple vous a donné votre chance et vous l’avez laissé filer. 

 

Anciens braconniers vous voulez nous faire croire, aujourd’hui, que vous êtes en mesure de devenir les meilleurs gardes-forêts ?

 

Pour cela, il faudra repasser ! 

 

Papis SAMBOU

Journaliste – Consultant en Droits Humains

oukout@hotmail.fr

 

 

 

 

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 16:13

 

10367142 10203916990071087 3768845371583393761 n

Après l’entretien accordé par Pape Maël Thiam au quotidien « L’Observateur », l’administrateur de l’APR déclarait que "Karim n’a pas d’assises sociologiques lui permettant d’être élu Président". En réaction à ces propos qu'il qualifie d’Ivoirité, de "xénophobe" et de "sectaire", le mouvement Ass-Kaw (Actions de Solidarité et de Soutien à Karim Wade), dirigé par Hélène Della Chaupin demande au Procureur de la République de s’autosaisir.

 

Nous voudrions à l’entame de notre propos, dire que nous ne sommes affiliés à aucune chapelle politique. Ce qui va suivre est la réaction d’un esprit libre se considérant comme une sentinelle de la démocratie et désireux de participer à l’éveil des consciences des masses.  

Il faut avouer que cette demande de Mme Hélène est, à tout point de vue, farfelue et ne saurait prospérer dans le cas d’espèce.  Cette bonne dame a une interprétation spécieuse de la déclaration qui, à l'origine signifie simplement que Karim n'a pas su établir de liens solides avec la population puisque pendant tout le mandat de son papa, au lieu d'aller sur le terrain, se mêler aux populations et partager leurs intérêts et préoccupations, il est resté éloigné des Sénégalais; passant son temps dans les airs, enfermé dans son bureau ou réfugié derrière ses lunettes noires fumées.  C'est à cette rupture sociologique que la déclaration fait allusion.

Pire, son propre père a déclaré publiquement que "Karim toubab la" (Karim est un homme blanc) et que ça allait constituer un handicap par rapport à sa carrière politique.

Mme Chaupin, oser comparer cette déclaration au concept « d'ivoirité » qui est une fabrication politique qui se nourrissait de la méfiance identitaire pour rejeter toute une frange ethnique et religieuse (ivoiriens du nord, musulmans) est un argument spécieux et un gage de mauvaise foi.

Il est temps que les hommes politiques sénégalais fassent beaucoup attention à leurs déclarations tous azimuts par rapport aux races, ethnies, religions, castes ! Je trouve que depuis quelques semaines, l'opposition sénégalaise (PDS et Rewmi principalement) joue très imprudemment, très dangereusement avec les éléments de la cohésion nationale et multiplie les foyers de tension.

Ay du yem ci boppu borom.

 

Ce pays nous appartient tous, il est de notre devoir de le sauvegarder.

 

Papis Sambou

oukout@hotmail.fr 

Rédacteur en Chef de  « Dakarbanlieu »

www.dakarbanlieu.com

 

 

 

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 15:03

« Le cœur de chaque chrétien devrait représenter en miniature l’Église catholique, puisque le même Esprit fait de l’Église tout entière aussi bien que de chacun de ses membres le Temple de Dieu (1o 3,16). Comme il fait l'unité de l’Église qui, laissée à elle-même, se diviserait en de nombreux partis, ainsi il rend l'âme une, en dépit de ses divers goûtes et facultés, de ses tendances contradictoires. De même qu'il donne la paix à la multitude des nations qui sont de par leur nature en discorde les unes avec les autres, de même il soumet l'âme à une gérance ordonnée et il établit la raison et la conscience comme souverains sur les aspects inférieurs de notre nature... Et soyons bien assurés que ces deux opérations de notre divin Consolateur dépendent l'une de l'autre. Tant que les chrétiens ne rechercheront pas l'unité et la paix intérieures en leur propre cœur, jamais l’Église elle-même ne sera dans la paix et l'unité au sein de ce monde qui les entoure. Et de façon à peu près semblable, tandis que l’Église à travers le monde est dans cet état de désordre lamentable que nous constatons, il n'est aucun pays en particulier, simple portion de cette Église, qui ne soit nécessairement lui-même dans un état de grande confusion religieuse. »

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 19:57

Dans la première épître aux Corinthiens, chapitre 15, versets 12 à 14, saint Paul écrit : Si l’on proclame que Christ est ressuscité des morts, comment certains d’entre vous disent-ils qu’il n’y a pas de résurrection de morts ? S’il n’y a pas de résurrection de morts, Christ non plus n’est pas ressuscité, et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide, et vide aussi notre foi. Dès son tout premier temps, l’Eglise a vu contesté en son sein propre ce qui constitue le tout de la foi chrétienne, ce qui en justifie l’existence, ce qui oriente et porte l’espérance qui l’habite : la résurrection du Christ et la résurrection des morts. Les difficultés à croire amenèrent certains, quelques décennies plus tard, à prétendre pourvoir s’appuyer sur des traditions secrètes que le Christ aurait confiées à un petit groupe d’initiés avant sa Passion. Ils nieront tout particulièrement la résurrection. Il s’agit des gnostiques qui, vers la fin du 2e siècle après J.-C., connaissent un important essor et que la Grande Eglise – garante de l’orthodoxie de la foi et de la tradition apostolique – se devait alors de combattre avec la plus grande énergie. C’est dans cette cruciale entreprise que va s’engager Irénée, né à Smyrne - en Turquie actuelle - vers 130/140, évêque de Lyon de 179 à sa mort en martyr, en 202, victime de la persécution de Septime Sévère. Il lui consacre l’une des plus grandes œuvres de l’ère patristique, écrites en cinq volumes dont la réaction s’étala sur plusieurs années sans que l’on sache combien exactement. Le titre original de son œuvre est Dénonciation et réfutation de la gnose au nom menteur, mais son nom abrégé est plus connu : Contre les hérésies. Le monde de la gnose auquel Irénée doit faire face présente une multiplicité de systèmes complexes dont nous ne pouvons pas faire état dans le cadre de cette conférence. Retenons que les gnostiques, quel que soit leur diversité, partagent un même rejet passionné et méprisant pour l’univers créé, car œuvre d’un démiurge mauvais et tout aussi méprisable. Ils appartiennent, quant à eux, de droit et pour l’éternité, au seul monde estimé véritablement divin, celui d’un « Père » à ce point transcendant au Créateur et à son œuvre qu’il n’a, avec eux, nul contact ni relation d’aucune sorte car un tel contact, s’il existait, ne pourrait que souiller la légitimité de son œuvre. Le but général du Contre les Hérésies est de démontrer contre les gnostiques et contre Marcion, que le Dieu Créateur de l’Ancien Testament et le Dieu du Nouveau Testament, Père de Jésus-Christ, le Sauveur, ne font qu’un. Mais la première partie de son cinquième et dernier livre, V, 1-15, 1, peut être qualifié à juste titre de « Traité sur la résurrection », car elle est consacrée à défendre sur la base d’argumentations scripturaires – pour la plus grande part tirés des épîtres pauliniennes – la résurrection de la chair face à ses négateurs. Nous allons à présent développer sept points : 1/ la résurrection de la chair, assurée par la communion de l’Esprit ; 2/ Réfutation de l’interprétation gnostique de 1Co 15,50 : « La chair et le sang n’hériteront pas du Royaume de Dieu » ; 3/ le combat de la chair ; 4/ Devenir l’homme parfait et spirituel ; 5/ L’amour et la bonté de Dieu, espérance de la résurrection ; 6/ L’eucharistie : le sacrement qui nous prépare à la résurrection :7/ Comment s’opère la résurrection des morts ? Puis, je conclurai mon propos. 1.La résurrection de la chair, assurée par la communion de l’Esprit D’où vient en l’homme la certitude de foi que la résurrection corporelle de Jésus est le gage de notre résurrection corporelle se demande Irénée ? Par le fait que « l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en nous ». Mais cette présence de l’Esprit n’oblige pas : elle ne s’impose pas à la liberté de l’homme mais toujours se propose à elle. C’est là, pour Irénée, une clef herméneutique qui ouvre l’accès à l’interprétation qu’il convient de donner aux textes pauliniens, tout particulièrement à ces textes majeurs que sont manifestement pour lui Rm 6, Rm 8 et 1 Co 15 . Irénée en citant Rm 6,12-13 (AH V, 14,4) veut mettre en valeur ce sens figuré que Paul applique à la chair en certains passages de ces épîtres et qu’il emploie en 1 Co 15,50 : c’est l’homme - c’est-à-dire tel ou tel homme - qui se livre aux actions charnelles, qui ne pourra pas entrer dans le Royaume de Dieu s’il n’y renonce pas. Car en s’y adonnant, il ne peut pas avoir part à la communion de l’Esprit. En effet, pour Irénée commentant Rm 11,17-24, ce célèbre passage de « l’olivier sauvage et l’olivier franc » appliqué à la greffe en l’homme de l’Esprit, la liberté dont l’homme jouit lui donne la possibilité d’accueillir en soi l’action de l’Esprit ou de la rejeter. Et par conséquent, de s’adonner ou non aux convoitises de la chair. Apparaît donc bien le sens qu’Irénée donne, à la suite de Paul, à cette importante distinction entre « hommes charnels » et « hommes spirituels ». En qualifiant les « hommes charnels » d’« étalons en rut » (cf. Jr 5,8 cité en AH V, 8,2), il est manifeste qu’Irénée fustige ici le comportement moral de certains hommes. Mais plus fondamentalement pour Irénée, la distinction entre « hommes charnels » et « hommes spirituels » doit être comprise comme le consentement ou le refus de vivre de l’Esprit, de se soumettre ou non à ses inspirations. Cette distinction éclaire certainement le sens qu’il convient de donner à 1 Co 15,50, « la chair et le sang ne peuvent hériter du royaume de Dieu », ce verset si discuté par Irénée parce qu’il est allégué par les hérétiques pour nier toute possibilité de salut pour la chair, toute possibilité de résurrection. En effet, pour Irénée, c’est en cette vie que se joue le salut de l’homme, sa résurrection d’entre les morts et son entrée dans le Royaume à la suite de son Seigneur afin d’être revêtu comme lui d’un « corps » de gloire. Car c’est ici-bas, par la foi, que l’homme reçoit en lui l’Esprit, qui lui donne de se débarrasser de « l’ancienne vie de vanité », afin de produire les œuvres de l’Esprit. C’est en cette vie présente que s’opère pour tout homme, par la communion de l’Esprit librement consentie, le salut de la chair.

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:36

 

Alors qu'un homme nettoyait sa nouvelle voiture, son fils de 4 ans ramassa un caillou et fit des graffitis sur le côté de sa voiture.
Dans un accès de colère, sans même regarder ce que représentaient les graffitis, l'homme prit la main de son fils et la frappa plusieurs fois; sans se rendre compte qu'il frappait avec une clé à molette.
A l'hôpital, le garçon perdit tous ses doigts, à cause des multiples fractures dont ils étaient victimes.
Quand le garçon vit son père tout triste, (à cause de sa blessure), il demanda: "Papa, quand est-ce-que mes doigts vont repousser?"

L'homme fût très secoué par la question et resta sans voix.
Il repartît vers sa voiture et la cogna plusieurs fois.
Dépité par ses propres actions, il s'assît devant la voiture.
Alors il vît ce que son fils avait gribouillé sur sa voiture et lût: "JE T'AIME PAPA!"

Le jour suivant, l'homme se suicida. ---------------------------------------------

La colère et l'amour n'ont pas de limites. Choisis toujours le dernier pour avoir une belle et mignonne vie.

Les choses sont créées pour être utilisées et les Hommes pour être aimés.

Mais le problème dans le monde d'aujourd'hui est que les Hommes sont utilisés et les choses sont aimées.
Durant cette année gardons toujours ceci à l'esprit: Les choses sont créées pour être utilisées, mais les Hommes sont créés pour être aimés.

Fais attention à tes pensées, elles deviennent souvent des paroles!

Fais attention à tes paroles, elles deviennent souvent des actions!

Fais attention à tes actions, elles deviennent des habitudes!

Fais attention à tes habitudes, elles deviennent souvent ton caractère!

Fais attention à ton caractère, il détermine souvent ton destin!

Aujourd'hui est un jour unique.

Je suis heureux d'avoir reçu ce message.

Sache que la Volonté de Dieu ne t'amènera jamais là où sa grâce ne peut te protéger.

Garde la Foi et demeure dans l'action de grâce!

Bon courage!

Salutations!

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:05

“Only once in your life, I truly believe, you find someone who can completely turn your world around. You tell them things that you’ve never shared with another soul and they absorb everything you say and actually want to hear more. You share hopes for the future, dreams that will never come true, goals that were never achieved and the many disappointments life has thrown at you. When something wonderful happens, you can’t wait to tell them about it, knowing they will share in your excitement.

They are not embarrassed to cry with you when you are hurting or laugh with you when you make a fool of yourself. Never do they hurt your feelings or make you feel like you are not good enough, but rather they build you up and show you the things about yourself that make you special and even beautiful. There is never any pressure, jealousy or competition but only a quiet calmness when they are around. You can be yourself and not worry about what they will think of you because they love you for who you are.

The things that seem insignificant to most people such as a note, song or walk become invaluable treasures kept safe in your heart to cherish forever. Memories of your childhood come back and are so clear and vivid it’s like being young again. Colours seem brighter and more brilliant. Laughter seems part of daily life where before it was infrequent or didn’t exist at all. A phone call or two during the day helps to get you through a long day’s work and always brings a smile to your face. In their presence, there’s no need for continuous conversation, but you find you’re quite content in just having them nearby. Things that never interested you before become fascinating because you know they are important to this person who is so special to you. You think of this person on every occasion and in everything you do. Simple things bring them to mind like a pale blue sky, gentle wind or even a storm cloud on the horizon. You open your heart knowing that there’s a chance it may be broken one day and in opening your heart, you experience a love and joy that you never dreamed possible. You find that being vulnerable is the only way to allow your heart to feel true pleasure that’s so real it scares you. You find strength in knowing you have a true friend and possibly a soul mate who will remain loyal to the end. Life seems completely different, exciting and worthwhile. Your only hope and security is in knowing that they are a part of your life.” 

Bob Marley 

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 17:31

A toutes les femmes,

1. Ne déteste pas un homme parce qu'il n'est pas riche. Rappelle-toi que celui qui est riche aujourd'hui peut devenir pauvre demain et celui qui est pauvre aujourd’hui ne peut pas être éternellement pauvre.

2. Ne pense jamais qu’un vrai homme viendra à toi si dans tout ton être tu es « fausse » (Faux ongles, faux cils, faux seins, une personnalité double, un mode vestimentaire faux.... Bref, la liste est longue)

3. Ne dis pas que les hommes ne veulent rien d’autre que ton corps quand tu leur montres même les parties intimes de ton corps à travers ta mode dépravé. La façon dont tu t’habilles véhicule aussi un message.

4. Ne dit pas : « je suis sortie avec lui durant des années et pourtant il ne m’a pas épousé » Oui ! La relation est terminée ainsi parce que tu lui as donné tous les avantages réservés à un mari. A quoi bon acheter la vache si on a déjà suffisamment utilisé son lait ?

5. Ne dis pas : "tous les hommes sont les mêmes" à cause d'une déception que tu as subie dans le passé. Les vrais hommes existent toujours.

6. Ne laisse pas l’amertume détruire ta perspective sur l’amour à cause de tes expériences passées. Tu dois savoir que toute relation est une leçon. Tu dois tirer leçon de tes erreurs pour ne plus les commettre à l’avenir. Rappelle-toi que Le vrai amour existe toujours.

7. Ne sois pas pressé de te marier parce que Dieu connait ta date de naissance. Il connait aussi avec exactitude le jour de ta mort. Il sait ce que ton cœur désire, laisse-le te donner l’homme qu’il te faut.

8. Sache que les choses se passent quand DIEU décide. Ne saute pas sur son calendrier pour l’obliger à te faire un miracle. Soumet toi à Lui.

(Lu et publié pour vous)

Bonne fête à toutes, vous êtes merveilleuses ! Toutes des reines

Repost 0
Published by oukout
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de oukout.over-blog.com
  • Le blog de oukout.over-blog.com
  • : Journaliste - Consultant Sénégalais, je me propose dans ce blog de partager mes réflexions sur l'actualité politique de mon pays. Toutefois, cela ne m'empêchera pas de faire d'autres réflexions sur des sujets d'actualité qui auront retenu mon attention
  • Contact

Recherche

Liens